Botton-up



Porté par un système de gouvernance participative, basé sur les parties prenantes communautaires, et ainsi contribuer à la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable (ODD), 1MA2023 permettra aux communautés de concevoir et créer des richesses endogènes de manière décentralisée mais inter-liées par des chaines de valeurs inclusives et solidaires. Les populations pourront ainsi recycler et pérenniser les financements de départ pour autofinancer leurs initiatives de développement local. Cela permettra d’inscrire les communautés dans un cycle endogène autonome de réduction de la pauvreté, d’amélioration du bien-être communautaire et de création de millions d’emplois verts pour les jeunes, tout en conservant et augmentant les stocks de carbone forestier.






Coalition climat



Le programme 1 milliard d'arbres 2023 sera implémenté à travers une communauté d'action, dénommée "coalition nationale de riposte à l'urgence climatique". Elle fonctionnera en partenariat public-privé-population et sera dirigée par le Président de la République. L'état participera à l'action à travers les Ministères de l'Environnement, Enseignement Primaire, Intérieur et Affaires Coutumières, Agricultures, Aménagement du Territoire, Développement Rural, Jeunesse et Economie. Le secteur privé et la population y seront représentés à travers l'association des chefs coutumiers, l'association des parents, le parlement des élèves, l'initiative des confessions religieuses pour les forêts tropicales, l'UNESCO, la FEC et les développeurs des projets. Des organisations scientifiques seront également impliquées (INERA, Institut Géographique, METELSAT, etc.). La mise en œuvre sera totalement participative et décentralisée, pilotée au niveau provincial par le gouverneur et déclinée en micros projets locaux au niveau de la commune, du territoire ou du village. Tous les acteurs (entreprises, ONG, chefferie, écoles, églises, individus, etc.) peuvent rejoindre volontairement la coalition et investir dans l'effort collectif de plantation 1 milliard d'arbres d'ici 2023.



Coordination



A son adoption, le conseil des ministres a défini un cadre de gouvernance et un chronogramme d’opérationnalisation du programme Jardin scolaire pour 1 milliard d’arbres 2023, ou 1MA2023. Le programme sera implémenté à travers une communauté d'action, dénommée "coalition nationale de riposte à l'urgence climatique". Elle fonctionnera en partenariat public-privé-population et sera dirigée par le Président de la République.
Pour ce qui est de l’opérationnalisation, le conseil des ministres a adopté la mise en place par arrêté ministériel, sous la tutelle du MEDD, d’une coordination technique d'experts sectoriels et stratèges, pour structurer le programme et coordonner son exécution. La coordination a pour mandat de :

  • Mener des études de faisabilité, élaborer la stratégie et plan d'action, cartographier les sites et les modes d’intervention, mobiliser les partenaires (écoles, chefs coutumiers, ONG, entreprises, entités territoriales, bailleurs, etc.) et décliner le programme en microprojets localisés
  • Aider à la mise en place du comité de pilotage du programme 1MA2023, dirigé par le Président de la République, composé des ministres sectoriels, des autorités coutumières, des chefs des confessions religieuses, des corporations et réseaux d’entreprises, des organisations paysannes, des peuples autochtones, des jeunes, des bailleurs et des scientifiques
  • Développer des outils numériques de planification et coordination des actions sur terrain et assurer un suivi géo-localisé des projets et mobiliser des financements participatifs
  • Travailler à la mise en place de la coalition nationale de riposte à l’urgence climatique (charte, gouvernance, animateurs et fonctionnement) et en assurer le secrétariat exécutif
  • Mener des campagnes de vulgarisation et mobilisation au programme, organiser des évènements d’engagement des décideurs (gouverneurs, grands chefs coutumiers, patrons des entreprises publiques et privées, bailleurs, chefs religieux, leaders et influenceurs de la jeunesse) et produire des outils pédagogique et organiser des ateliers de cascade du projet auprès des enseignants, chefs coutumiers, organisations paysannes, etc.
  • Assurer le pilotage matriciel du programme au quotidien, mobiliser les ressources, les opérationnalisées et rendre des comptes.

Pour un mandat de 5 ans (2021-2023), la coordination sera animée par un(e) coordonnateur (trice) expert(e) à expérience, compétence, disponibilité et bonne réputation, et de deux coordonnateurs (trices) experts(es) adjoints(es), l’un chargé de la planification et des opérations et l’autre de l’administration et financement. Etant totalement décentralisé, la coordination aura une équipe minimale mais devra s’appuyer sur 5 services animés par des conseillers techniques dont les animateurs sont proposés par la coordination et nommés par arrêté ministériel.
Il s’agit de :

  • Le (la) conseiller(e) technique chargé(e) des études, planification, investissement et prospérité
  • Le (la) conseiller(e) technique chargé(e) d’e-gouvernance et gestion TIC du programme
  • Le (la) conseiller(e) technique chargé(e) de la sociologie, pédagogie et partenariat communautaire
  • Le (la) conseiller(e) technique chargé(e) de la qualité, normalisation, suivi, évaluation et communication
  • Le (la) conseiller(e) technique chargé(e) du développement communautaire durable, inclusion sociale, solidarité et équité